Retour à l'accueil


  • Sécurité routière : les orientations 2018-2022 signées

  • le temps des travaux

  • La pédagogie du radar

  • Prises de risque au volant, je risque ma vie

  • Sécurité routière : pour des comportements plus responsables

  • Sécurité routière : des collégiens pas fatalistes

+ Toutes les actualités

Hérimoncourt ses distingue à Paris

Les élèves de 5e A du collège des Quatre terres ont remporté le concours national de la Prévention routière, Les Clés de l’éducation routière.

C’est la ministre de l’Éducation nationale en personne, Najat Vallaud-Belkacem, qui a remis le prix à une délégation de la classe, à Paris, en présence de Jean-Marie Bart, conseiller général délégué d’Hérimoncourt. Cette cérémonie fut le point d’orgue de l’aventure débutée en octobre 2013. Le projet ? Réaliser des films d’animation qui préparent à l’épreuve de l’attestation scolaire de sécurité routière (ASSR 1) que les collégiens passent en 5e.

Une belle reconnaissance

Nicolas Tornare, professeur d’éducation musicale : « C’est surtout comme professeur principal que j’ai lancé ce projet de classe. Il s’agissait de mobiliser les 30 élèves de 5e A, à la grande hétérogénéité de résultats et d’attitude, sur un projet transdisciplinaire. De les tirer vers le haut. Ils ont été sensibilisés à la prévention routière puis se sont approprié le projet. Le prix de la Prévention routière n’était pas un objectif mais c’est une belle reconnaissance. La remise solennelle du prix au ministère de l’Éducation nationale est très valorisante. Les élèves ont tout fait : les questions, les scènes, les scripts, le plateau, les photos, le montage... Le travail a été minutieux, il a exigé concentration, patience et autonomie. Il a aussi donné du sens aux apprentissages et un objectif commun aux élèves. Il a été utilisé par les autres élèves de 5e du collège pour préparer l’ASSR 1. »

Amandine, qui a participé au projet, explique : « Une erreur de prise de vue et tout était à refaire. Ce n’est pas arrivé souvent mais il fallait faire très attention. » Théo enchaîne : « Chaque séquence dure entre cinq et quinze secondes. Il faut douze photos par seconde. Nous avons fait 23 séquences en tout. Ce que j’ai préféré, c’est le montage avec les logiciels. »

Un résultat bluffant

Roselyne Perrin, professeure de technologie : « La maquette a été réalisée par les élèves. Nous avons étudié l’aménagement d’une ville, son cadre, l’architecture, le travail à l’échelle, la découpe, la peinture de précision... Ils ont beaucoup appris au niveau du geste, de sa maîtrise. Ils ont eu du plaisir à travailler ensemble. »

Gulay Candan, professeure d’anglais : « Nous avons réalisé dix affiches représentant des questions du code de la route. Quatre thèmes ont été retenus pour le projet final. L’objectif était de passer l’ASSR 1 en anglais. Nous avons travaillé sur les panneaux, la signalisation, le milieu urbain... Tout était très concret pour eux. »

Georges Warnier, directeur de la Prévention routière du Doubs : « Ce concours a lieu tous les deux ans et valorise les initiatives des établissements scolaires en faveur de la sécurité routière. Quand j’ai vu leur travail, j’ai été bluffé. Vraiment, même un cabinet spécialisé n’aurait pas fait mieux. C’est le résultat de l’investissement des élèves et de leurs professeurs. Ce projet a fait l’unanimité. »

En savoir plus :
http://www.preventionroutiere.asso.fr/Enseignants/Les-Cles-de-l-Education-Routiere/Palmares-2014

 
       

Lettre d’information de février 2017 :
Cette lettre relaie l’appel national des entreprises via un manifeste de 7 engagements en faveur de la sécurité routière et présente la réglementation en vigueur concernant les ralentisseurs et plateaux surélevés.

+ Toutes les lettres infos
Mentions légales | adm | Nous contacter