Retour à l'accueil


  • Sécurité routière : les orientations 2018-2022 signées

  • le temps des travaux

  • La pédagogie du radar

  • Prises de risque au volant, je risque ma vie

  • Sécurité routière : pour des comportements plus responsables

  • Sécurité routière : des collégiens pas fatalistes

+ Toutes les actualités

Actualités
Message à l’attention des piétons, c’est-à-dire de nous tous

pietons circulation-1Dans le Doubs comme au niveau de l’ensemble de la France, les piétons représentent plus de 10 % des victimes des accidents de la circulation, avec une tendance à la hausse ces dernières années.

Séniors et jeunes sont particulièrement concernés car la moitié de ces victimes sont âgées de plus de 65 ans et le quart de moins de 15 ans.

Les accidents les impliquant se produisent aussi bien en milieu urbain que le long des routes en rase campagne et interviennent de jour comme de nuit.

Dans les premiers mois de 2013, plusieurs piétons ont déjà perdu la vie sur les routes de notre département.

Aussi la Sécurité Routière a-t-elle publiée ce dépliant nous appelant à la vigilance lors de nos déplacements à pied sur la voie publique et rappelant les règles élémentaires de sécurité.

Nous souhaitons relayer ce message de sensibilisation, en insistant tout particulièrement sur l’importance de se rendre bien visible lorsqu’on est amené à cheminer le long des routes non éclairées. Le port d’habits clairs ou d’équipements de visibilité est alors plus que recommandé.

Si au retour d’une soirée festive trop arrosée, il peut être sage de ne pas prendre le volant, il faut également être conscient du risque que l’on prend à rentrer à pied sans être bien perceptible par les automobilistes (qui peuvent aussi être un peu fatigués...).

+ Télécharger la plaquette "Les piétons dans la circulation"

 
A moto la prudence est de mise

On-ne-nait-pas-motard-on-le-devientAvec l’arrivée des beaux jours, les motos ressortent du garage pour les trajets de tous les jours ou pour de belles promenades le week-end.

Si ce mode de déplacement offre beaucoup de plaisir et de liberté, il présente également des risques importants, notamment en cas de comportement imprudent.

Dans le Doubs comme ailleurs, de nombreux accidents impliquant des motos sont dénombrés chaque année, que ce soit dans des secteurs sensibles (tels que par exemple, la vallée de la Loue, la côte de Maiche à Saint-Hippolyte, la vallée du Dessoubre) ou en ville.

Les automobilistes n’ont pas la même perception des motos que les autres véhicules.

En cas de choc ou de chute, le motard n’a pas de carrosserie qui le protège.

Par ailleurs, l’environnement routier est totalement inadapté à la vitesse et à la conduite sportive. Il y a des circuits pour ça.

C’est pourquoi la Sécurité Routière lance une campagne de sensibilisation intitulée « on ne nait pas motard, on le devient ».

Dans ce dépliant qui s’adresse aux motards, rappel des consignes de prudence pour une meilleure maîtrise de la conduite en moto.

+ Télécharger la plaquette

 
L’essentiel du DGO (document général d’orientations) résumé dans une plaquette

illustrationdgoLa préfecture et la direction départementale des territoires diffusent une plaquette de présentation du nouveau DGO, signé le 17 décembre 2012.

On y découvre les principales orientations de la politique locale et partenariale de sécurité routière pour les cinq années à venir.

 

 

illustrationdgo2Les principales caractéristiques de l’accidentologie dans le Doubs y sont rappelées :

 - Les accidents sont plus nombreux le soir, à l’heure du retour du travail, ainsi qu’en fin de semaine ; leur gravité est plus élevée de nuit.
 - Une part importante des accidents se produisent en rase campagne ; leur gravité est plus élevée dans le Haut-Doubs.
 - Les tués sur la route sont très majoritairement des hommes ; les jeunes et les motards sont surreprésentés dans les victimes.
 - La vitesse excessive et la conduite sous l’emprise de l’alcool sont des facteurs fréquemment à l’origine des accidents.

C’est par conséquent autour de ces données que sont définies les actions de prévention du DGO.


+ Télécharger le document

 
Transports scolaires : Jamais sans ta ceinture

Securite-routiere--15.jpgLe 31 janvier, une action de sensibilisation au port de la ceinture de sécurité s’est déroulée au collège Pierre-Vernier, à Ornans en présence de Rémy Nappey, vice-président en charge de la Citoyenneté, de la politique éducative, sportive et culturelle.  Elle a été menée conjointement par le Conseil général, l’État, avec le pôle sécurité routière de la Direction départementale des territoires, et la gendarmerie.

Patrice Hintzy, du pôle sécurité routière de la Direction départementale des territoires : « Nous faisons régulièrement des actions de sensibilisation sur les thèmes de l’alcool, de la vitesse, des jeunes conducteurs et des deux-roues, soit les grands enjeux sécurité routière , qui concernent la majorité des accidents graves. C’est la première fois que nous intervenons dans des bus de transport scolaire . La question du port de la ceinture de sécurité est prépondérante. Et pas uniquement dans les transports scolaires, dans tous les véhicules. »

Des actions menées depuis 2008

Rémy Nappey, vice-président en charge de la Citoyenneté, de la politique éducative, sportive et culturelle : « Dès 2008, le Conseil général a imposé aux transporteurs d’équiper leurs cars de ceinture de sécurité. Et, depuis cette date, les contrôleurs du service des transports du Département sensibilisent les élèves au port de cette ceinture. Le Conseil général a d’ailleurs créé à cet effet une charte de bonne conduite, affichée dans tous les véhicules. »

La ceinture évite les blessures graves, les éjections

Securite-routiere--19.jpg Le Major Eric Bruckert, commandant adjoint de l’escadron départemental de sécurité routière : « En cas d’accident, personne n’a le temps ou la force de s’accrocher au siège. Les risques de projection, contre le pare-brise ou à l’extérieur du véhicule, sont importants et les blessures sont beaucoup plus graves que lorsque les personnes portent leur ceinture. Dans un bus en mouvement, c’est bien évidemment encore plus dangereux. Il s’agit également d’une infraction grave verbalisable à hauteur de 135€ car le port de la ceinture de sécurité est obligatoire pour tous les occupants des véhicules, y compris de transport en commun. »

Un poids multiplié par 30 en cas de choc

Securite-routiere--11.jpgGeorges Graziani, du pôle sécurité routière de la Direction départementale des territoires : « Il est important que les collégiens prennent conscience des risques qui existent. Lors d’un choc à 50km/h, le poids d’une personne est multiplié par trente, un enfant de 23 kg pèse ainsi 690 kg lors du choc, s’il n’est pas attaché, les conséquences peuvent être dramatiques, avec les risques de projection des enfants les uns sur les autres. On ne s’en rend pas forcément compte mais dès 20km/h, un choc subi sans ceinture peut être mortel. »

Une première action de terrain concrète, avec un discours simple et pratique qui appelle les collégiens à être acteurs de leur propre sécurité et à mener une réflexion sur l’usage de la route et des comportements adaptés qui doivent y être tenus.Securite-routiere--10.jpg
 

 
Sur les routes françaises en 2012, baisse record des accidents mortels

accident1Selon les chiffres encore provisoires publiés par le ministère de l’Intérieur, le nombre de tués sur les routes de France atteint en 2012 son niveau le plus bas depuis l’origine de ces statistiques en 1948 : 3645 personnes décédées, soit une baisse de 8% par rapport à 2011.
Les autres indicateurs sont également orientés à la baisse sur la même période : -6,9% d’accidents corporels et de blessés, -7,9 % de blessés graves.
Si cette réduction de l’accidentalité concerne fortement les motards et les automobilistes, elle ne profite pas aux cyclistes : l’augmentation du nombre de victimes dans cette catégorie atteint +10 %.
Les jeunes paient toujours un lourd tribut que leur inexpérience ne suffit pas à justifier.

Et dans le Doubs ?

Si dans le Doubs la baisse des accidents (-13 %) et des blessés (-11 %) est encore plus marquée qu’au plan national, le nombre des victimes lourdes, tués et blessés graves, soit 256 personnes touchées, est stable par rapport à 2011.
16 jeunes âgés entre 15 et 24 ans comptent parmi les tués, soit 40 % de la mortalité locale.

L’objectif de passer sous le seuil des 2000 tués en France, à l’échéance 2020, est réaffirmé par le Gouvernement. Des efforts restent donc à faire par nous tous... et tous les jours !

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Suivant > Fin >>

Page 7 sur 9
       

Lettre d’information de février 2017 :
Cette lettre relaie l’appel national des entreprises via un manifeste de 7 engagements en faveur de la sécurité routière et présente la réglementation en vigueur concernant les ralentisseurs et plateaux surélevés.

+ Toutes les lettres infos
Mentions légales | adm | Nous contacter